La fausse suivante de Marivaux, avec Thomas Cousseau

Publié le par gunnar

La scène se passe samedi 26 janvier, à la sortie de la pièce de théâtre La fausse suivante de Marivaux, au studio théâtre de Montreuil. S'adressant au jeune acteur et personnage emblématique de la pièce, Thomas Cousseau, une spectatrice s'étonne ; "mais pourquoi diable jouer cette pièce si raffraîchissante, si intéressante... dans ce trou de Montreuil ?" Thomas Cousseau ose cette réponse timide ; "mais simplement parce que nous n'avons pas les moyens d'aller dans une autre salle..."

Anne Charlotte Bory et Thomas Cousseau crèvent "l'écran" dans cette mise en scène de Cécile Perrot et en sortant on se demande comment s'y prendre pour que de tels talents soient mieux programmer. En parler, simplement ?


kaamelott.jpgThomas Cousseau en bref : Connu pour son rôle de chevalier Lancelot dans la série tv Kamelott (photo ci contre, en haut à droite), cet ancien élève du cours Florent (1988) puis du conservatoire (1990) a suivi les classe de Catherine Hiégel et de Daniel Mesguich. Passionné de montagne et de théâtre, il a fait ses années d'apprentissage aux côtés de Christian Schiaretti au double titre d'assistant et de comédien.

Il a joué sous la direction de Roger Planchon depuis 1997 : Le Génie de la Forêt de Tchekhov, Le Radeau de la Méduse de Roger Planchon, Les Démons de Fédor Dostoïevski, La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau, L’Avare de Molière, S’agite et se pavane d'Ingmar Bergman

Avec d'autres metteurs en scène :
Le Triomphe de l’amour de Marivaux, m.e.s. René Jauneau au Festival de Valréas
Est-ce déjà le soir ? de Jean-Pierre Sarrazac, m.e.s. Christian Schiaretti
L’Entretien de Monsieur Descartes... de Jean-Claude Brisville, m.e.s. Pierre Lambert
Naïves hirondelles de Roland Dubillard, m.e.s. Pierre Vial
Faust de Lenau, m.e.s. Ludovic Lagarde
Platonov et Ivanov de Tchekhov, m.e.s. Ludovic Lagarde
Le Faiseur de Balzac de Minard, m.e.s. Françoise Petit
Horace de Corneille, m.e.s. Marion Berry
MacBeth, m.e.s. Cécile Perrot

 

Publié dans culture

Commenter cet article