le retour du Berger

Publié le par gunnar

Le retour de l'ancien pilote autrichien Gerhard Berger dans le monde de la Formule 1 faisait courir de nombreuses rumeurs ces dernières semaines. L'histoire de cet accord entre Berger et Dietrich Mateschitz, patron de la société autrichienne Red Bull, est un véritable conte de fées. Tout se serait passé cet hiver dans la ville de Salzbourg (Autriche) où les deux amis autrichiens de 20 ans avaient pour habitude de se croiser pour parler "affaires". Il y a 18 ans, Gerhard Berger avait été le premier pilote à porter les couleurs de cette boisson énergétique dont le propriétaire possède aujourd'hui deux équipes de Formule 1 : Red Bull et la nouvelle Toro Rosso. Lors d'une de ces soirées dans la ville de Mozart, Dietrich Mateschitz propose à Gerhard Berger d'acheter 50% de Toro Rosso. L'ancien pilote croit d'abord qu'il s'agit d'une plaisanterie puis une fois ce doute levé accepte avec une condition. Red Bull achète 50% des parts de la société familiale de transport détenue par Berger.

Le 9 février, l'accord est annoncé à la presse. Gerhard Berger, via Gerhard Berger's motorsport company devient copropriétaire de Toro Rosso. Red Bull bénéficie d'une nouvelle structure pour son fret en détenant 50% des camions de Berger. Cette mise à profit des 210 participations et 10 victoires en grands prix de l'ancien pilote autrichien, également ancien directeur de BMW motorsport, signe le retour d'une figure de la Formule 1. Avec peut être un petit changement : l'homme sourire, connu pour ses farces, a laissé la place à l'homme d'affaires.

Publié dans formule 1

Commenter cet article

gunnar 14/02/2006 07:56

Oui SARBO, pour l'anecdote, lorsque des journalistes ont demandé à Berger en janvier s'il allait revenir en F1 (ils pensaient à BMW Sauber, directeur sportif chez Red Bull...) il avait sourit ; "non pour l'instant je n'ai envie que d'une seule chose : skier".

S A R B O 14/02/2006 02:10

Lorsqu'il quitta BMW Motorsport, on savait bien que Berger reviendrait un jour mettre les pieds en F1, il attendait juste le bon moment et je pense que ce défit avec Toro Rosso est une bonne chose