rassurer = faire paniquer sans être efficace

Publié le par gunnar

Ca y est. La France a enfin son premier cas animal de grippe aviaire. Et logiquement d'autres oiseaux sauvages seront identifiés et certainement des cas seront découverts dans des élevages. Depuis plusieurs années on savait tout sur le virus H5N1 : sa version faiblement pathogène que nos élevages ont déjà connu et cette version hautement pathogène qui a été identifiée sur un canard sauvage retrouvé mort dans le département de l'Ain. Le président de la république s'est en personne ému de cette découverte depuis sa visite officielle en Thaïlande d'où il a demandé avec le ton grave "de ne pas céder à la panique". Galouzeau, qui avait privé le ministère de l'agriculture du communiqué de presse relatif à cette annonce en demandant à son service presse de prendre la main, en a appelé au calme. L'ami du baudet du Poitou, alias tintin à l'OMC, ou le ministre de l'agriculture Dominique Bussereau, a répété qu'il ne fallait pas paniquer en posant devant des journalistes avec une superbe combinaison digne d'une expédition à Tchernobyl, lors de son week end dans l'Ain sur les lieux du drame. Un expert de l'AFSSA a laissé éclater sa colère ; "ramasser un oiseau mort ne demande qu'une paire de gants, une blouse et un sac poubelle comme pour aller vider les ordures..."

On ne fait effectivement pas plus rassurant avec des comportements à même de susciter la psychose. Mercredi 22 février, Bussereau et Galouzeau sont retournés en pèlerinage sur les lieux du drame dans la ville de Joyeux (Ain). Pendant que le premier ministre et un ministre d'Etat se penchaient sur ce canard sauvage, une catastrophe sanitaire (77 morts, 130 000 personnes touchées) continue de frapper l'Ile de la Réunion avec 10% de la population locale touchée selon le ministre de l'Outre-Mer. L'inefficacité du gouvernement sur ce dossier, qui vient d'être repris en main par Galouzeau, se résume à la récente annonce de Matignon qui va mettre en place "au plus vite" une cellule nationale de coordination.

Publié dans politique

Commenter cet article