sous nutrition : 5,6 millions d'enfants morts par an

Publié le par gunnar

Après avoir vu le très engagé We feed the world (très mal traduit en Français en Le marché de la faim), j'ai voulu en savoir plus sur ce qu'on appelle la sous nutrition. Non, je ne suis pas encore un parfait militant et il y a au moins un aspect du documentaire autrichien que je pense être un oubli ou une erreur ; s'il est indéniable que l'aspect extérieur des fruits ou légumes attirent ou non le consommateur, je suis plus perplexe sur les facultés de ce dernier à distinguer le goût de tel ou tel produit selon son mode de production et surtout je pense qu'on oublie l'essentiel. Les crises sanitaires que nous avons traversées nous ont conduits à exiger des aliments sains pour notre santé. J'y reviendrai dans une prochaine note. Je disais donc que j'ai cherché et suis tombé sur un rapport officiel de l'Unicef (datant de 2006) qui fait froid dans le dos. Quelque 5,6 millions d'enfants meurent chaque année parce qu'ils ne reçoivent pas une nutrition adéquate tandis que 146 millions d'enfants risquent de mourir en bas âge d'insuffisance pondérale.

Le rapport du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) intitulé "Progrès pour les enfants: un bilan de la nutrition" montre que, dans les pays en développement, plus d'un quart des enfants de moins de cinq ans présente une insuffisance pondérale, mettant leur vie est en danger.

"La dénutrition contribue à plus de la moitié des décès d'enfants, soit environ 5,6 millions par an"
, affirme le rapport. Cette étude - la 4° publication d'une série de l'Unicef intitulée "Progrès pour les enfants" - qui examine la façon dont les nations remplissent leurs engagements envers les enfants, montre aussi que le pourcentage d'enfants de moins de cinq ans qui présentent une insuffisance pondérale n'a que très légèrement baissé depuis 1990. "C'est la preuve que le monde ne respecte pas ses engagements envers les enfants", avait déploré l'agence des Nations unies pour l'enfance. "Le manque de progrès contre la dénutrition est dommageable pour les enfants et les nations", avait estimé Ann Venemam, directrice de l'Unicef. "La faim et la dénutrition viennent en tête des problèmes les plus inextricables de la planète, en même temps qu'elles y contribuent. Elles contribuent grandement au cycle de la pauvreté. Et les enfants en souffrent d'autant plus qu'elles les empêchent d'apprendre correctement, elles les empêchent de grandir et se développer et elles les empêchent de résister à certaines maladies graves".

La moitié des enfants présentant une insuffisance pondérale vit en Asie du Sud. "En Asie de l'Est, la Chine montre la voie dans le domaine de la réduction de la dénutrition. Les progrès sont lents en Afrique centrale et de l'Ouest, et au Moyen-Orient, des nations très peuplées comme l'Irak et le Soudan sont en train de régresser". L'Unicef souligne également que la malnutrition se remarque également parmi des minorités vivant dans des pays industrialisés et que dans ces pays l'obésité chez les enfants est devenue un problème majeur de santé publique.

Si les aides en faveur de l'agriculture des pays occidentaux fabriquent indirectement de l'obésité (en subventionnant des matières premières incompatibles avec les recommandations d'un Plan national nutrition santé), elles favorisent la paupérisation d'autres pays.

Publié dans international

Commenter cet article

fab 29/05/2007 22:58

Je ne pouvais aller me coucher sans passer te dire qu j'apprécie beaucoup la manière dont tu dis et ressens la " vie " merci pour cette citation par ailleur cela me permet de lire ton dernier article pour ma part souvent on me charrie parce que je ne supporte pas le gaspillage on achète et on jette à la poubelle sans même réaliser que des enfants dans le monde trouveraient nos poubelles comme des restos 3 étoiles et je trouve cela inadmissible c'est un sujet qui me touche énormément ... il y a chez toi un petit quelque chose que je ne peux définir ... sourire ... mais je ne peux que revenir ! bisou et bonne nuit