Montoya quitte Mac Laren et la Formule 1

Publié le par gunnar

Dès son arrivée dans le circuit fermé de la Formule 1, Juan Pablo Montoya avait séduit par son panache. De l'or entre les mains commentaient les observateurs. L'anti Schumacher devait mettre le feu au petit monde hermétique de la Formule 1. Mac Laren et Mercedes devait concrétiser l'ascencion du Colombien qui avait quitté Williams BMW en affichant ses ambitions de Champion du monde. Déjà, lorsqu'il était coéquipier de Ralf Schumacher, une malchance l'avait écarté de la course au titre. Aujourd'hui, ses détracteurs ne parlent plus que d'inconstance. Fort en gueule en dehors des circuits, incompris, mais toujours aussi rapide. En arrivant chez Mac Laren en 2005, son contrat avait été annoncé en 2004, le Colombien est rentré dans un moule qui ne convient ni à son style de pilotage ni à son mode de vie. Il a retrouvé Kimi Räikkönen qui avait suivi le développement de l'équipe depuis plusieurs saisons. Montoya s'est vite retrouvé isolé, perdu dans des règlages qui n'existent pas pour adapter une monoplace conçue pour la jeune star finlandaise. Alors que les bourdes en piste se sont accumulées à sa nonchalance qui contraste avec les sourires commerciaux d'autres pilotes de magazines people, tout le monde s'accordait pour dire que 2007 serait une incertitude pour Juan Pablo Montoya.

En annonçant dimanche 9 juillet qu'il retrouverait les comptétitions automobiles américaines, il prenait à contre pied Ron Dennis qui espérait lui offrir une place à moindre prix avec Fernando Alonso chez Mac Laren mais et a qui avait exigé qui de telles annonces ne soient pas faites. Exit donc la Formule 1. Ce qui n'est pas une surprise puisque Montoya, auteur du tour le plus rapide de l'histoire de la Formule 1, avait récemment résumé le métier de pilote de Formule 1 à "appuyer sur un bouton vert pour règler les freins, un bouton bleu pour règler la puissance du moteur, un autre pour la balance, un autre pour l'anti patinage..." Le Colombien ne cachait plus son ennui profond dans une discipline où le record de dépassements se fait lors des arrêts aux stands.

Contrarié par un Montoya indomptable, Ron Dennis annonçait à la presse cette semaine que le pilote essayeur Pedro de la Rosa remplacerait sans attendre la fin de saison, dès le Grand Prix de France, Juan Pablo Montoya.

Publié dans formule 1

Commenter cet article