Eastwood livre une autre histoire d'Ira Hayes

Publié le par gunnar

"Call him drunken Ira Hayes
He won't answer anymore
Not the whiskey drinkin' Indian
Nor the Marine that went to war..."

Cette chanson de Johnny Cash célébrait "a brave young Indian... From the land of the Pima Indian
." Un héro malgré lui de la bataille d'Iwo Jima. Un caractère marginal comme le réalisateur Clint Eastwood les aime tant : la serveuse apprentie boxeuse Maggie dans "Million dollar baby" ou l'ex-truand bon père de famille Jimmy dans "Mystic river".


23 février 1945, le photographe Joe Rosenthal immortalise six américains sur le Mont Suribachi qui domine l'île japonaise d'Iwo Jima. L'image devient un mythe et sera plus tard surexploitée par le gouvernement de Roosevelt. Etrange photographie controversée (l'identité d'un des trois soldats morts au combat fut révélée sur le tard), sensée symbolisée le triomphe américain, prise au cinquième jour d'un violent combat qui en durera trente et un. Des six soldats de cette mythique image, seuls trois survivront ; René Gagnon, l'infirmier Jac Bradley et le seul dont les mains n'atteignent pas la hampe du drapeau sur la photo de Rosenthal, Ira Hayes. Les trois hommes sont rapatriés par le gouvernement américain afin de lever des bons du Trésor dans tout le pays pour soutenir l'effort de guerre. En 1955, Ira Hayes,
qui n'avait pour seule famille les "marines", meurt dans l'alcool et l'anonymat, rejeté par la société américaine. Le silence d'un de ses deux autres collègues, l'infirmier Bradley, a été maintenu jusqu'à sa mort en 1994. Son fils, James Bradley voulait percer le mystère de cette bataille qui a fait près de 30 000 morts (dont 22 000 japonais). Toute la famille Bradley avait respecté la volonté du père ; lorsque des journalistes appelaient, il fallait répondre que le vétéran Bradley était parti pêcher au Canada. Après la mort de son père, James Bradley a collecté des récits et s'est mis à écrire. En 2000, "Flags of our fathers" sort en librairie et devient un succès commercial avec 3 millions d'exemplaires vendus.

A 76 ans, Clint Eastwood demonte un autre mythe de l'histoire américaine. "Flag of our fathers" n'a certes pas l'étoffe de "Million dollar baby" (4 oscars dont celui du meilleur film). Mais il offre un regard intéressant sur le retour de vétérans américains de la guerre au moment où le pays est enlisé dans le bourbier irakien. Début 2007, "Lamps before the wind" racontera la même bataille que "Flag our of fathers", vue cette fois-ci du camp japonais.

"Then Ira started drinkin' hard;

Jail was often his home
They'd let him raise the flag and lower it
like you'd throw a dog a bone!

He died drunk one mornin'
Alone in the land he fought to save... ".


Publié dans culture

Commenter cet article

Marie 29/10/2006 10:36

Hello,Oui est je suis sur que l'on cache la vérité !!Mais bon, chaque chose a son temps.....En plus avec toute les découvertes que je fais.....je suis très ecoeuré par le sport.....Tant de mort......A bientôt

gunnar 28/10/2006 21:02

Chère Mariemerci pour cette visite. non je ne l'ai pas encore vu... mais cela ne serait tarder. au sujet du dopage et du cyclisme, savais tu que ulrich ne sera finalement pas poursuivi par la justice espagnole ?

Marie 28/10/2006 18:15

Hello,As tu vu le film ??Je pense  qu'il est bien je fais confiance à Clint.....A bientôt