la vérité sur le fioul de l'Erika

Publié le par gunnar

Samedi 11 décembre 1999 à 14h, le pétrolier Erika signalait une avarie. Quelques jours plus tard, 400 kilomètres de côtes vont être souillés par 250 000 tonnes de carburant. En 2000, l'Institut national de l'environnement et des risques (INERIS) qualifiait, dans une évaluation sanitaire, de risque négligeable pour les travailleurs qui ont manipulé ces hydrocarbures aromatiques polycycliques. Certains d'entre eux sont cancérogènes pour l'homme et ils pourraient même être génotoxiques. Aucune étude épidémiologique sur les nombreux bénévoles et professionnels ayant participé aux travaux de dépollution n'a été lancée. En janvier 2007, une étude menée à l'Ecole nationale supérieure d'agronomie de Toulouse montre que le fioul de l'Erika est génotoxique pour les cellules humaines. Total, affréteur de l'Erika et par ailleurs membre du conseil d'administration de l'INERIS, a commenté ces résultats en qualifiant l'étude de "débat de spécialistes". La vérité n'a pas encore été faite sur la nature réelle du fioul déversé par l'Erika.

Publié dans santé

Commenter cet article

gunnar 10/02/2007 10:41

Merci, j'ai du mal à écrire en ce moment. Je n'ai pas beaucoup de temps et suis souvent en déplacement...

marievie 09/02/2007 11:14

Hello,Ton info est très intéressante...Je n'étais pas au courant.....Bises et à bientôt