rentrée à la sauce finlandaise

Publié le par gunnar

Chaque rentrée scolaire a droit à son marronnier. Chaque ministre chargé de l'Education aime à déclarer qu'il souhaite s'inspirer du modèle finlandais. Après Xavier Darcos en 2007 et 2008, Luc Chatel est à son tour charmé par l'originalité du système finlandais. Rien d'étonnant pour un petit pays notamment récompensé par l’évaluation internationale PISA. En 2008, les jeunes finlandais occupaient la première place en culture scientifique, la deuxième en culture mathématique, la première à égalité avec la Corée du Sud en compréhension de la langue. Mais les atouts d'un petit pays n'expliquent pas seuls ces données : la Norvège et la Suède, qui ont la même situation géographique et une démographie similaire, n’obtiennent pas les mêmes résultats. D’ailleurs, quand on observe plus attentivement les choses, on constate que les pays qui ont obtenu les meilleurs résultats ont mené une politique délibérée d’amélioration de leur système éducatif et qu’ils ont misé sur l’intelligence, sur la compréhension et non sur le par coeur des exercices scolaires.

La Finlande a misé sur une ambiance familiale et conviviale, rythmée par de journées de 45 minutes de cours et 15 minutes de détente. Tous les Finlandais de quinze ans ont appris à l’école à cuisiner, utiliser une machine à coudre ou utiliser des machines-outils pour travailler le bois et le métal.

Une des sources de motivation vient du fonctionnement régit par la confiance et le pragmatisme. Chacun est invité à assumer ses responsabilités. La Finlande a également opté depuis plusieurs années pour un investissement humain massif en faveur de l'éducation. Les élèves sont au nombre de 16 par classe pour le primaire et de 14 pour le secondaire. Les salles de classe sont à l’avenant. Tant en primaire que dans le secondaire, l’équipement de base comprend rétroprojecteur, téléviseur, lecteur de DVD, lecteur audio et plusieurs ordinateurs.Toutes les écoles, primaires et secondaires, disposent d’une salle de technologie bien équipée. Si les enseignants et professeurs sont fiers de leur métier, les élèves sont sont fiers de leur école. Cette photographie idéale est le fruit de décisions et investissements depuis de nombreuses années dans le secteur prioritaire de l'éducation. Rien à voir avec la fièvre médiatique de nos ministres lors de la rentrée scolaire.

Publié dans international

Commenter cet article