le tour dopé

Publié le par gunnar

Fallait il s'en douter ? Avant de répondre à cette question, force est de constater que la présomption d'innocense n'est pas la même pour tout le monde dans le cyclisme professionnel. Le ménage fait la veille du départ de l'édition 2006 du Tour de France n'a pas permis à certains champions d'attendre un jugement. Le cycliste américain Floyd Landis clame à son tour son innocense et demande d'attendre avant d'être jugé. Comment le croire ? On peut jouer sur les mots entre un dosage anormal de testostéronne pour lutter contre un mal ou une pathologie et un dopage. Un médicament prescrit par un gentil docteur espagnol ? Mais qui croire maintenant ? Une équipe qui a déjà connu 3 cas de dopage dont celui d'un autre américain Tyler Halmilton ? Des organisateurs prêts à tout - y compris un pseudo ménage médiatique - pour préserver les sponsors ?

Et si tout le système cycliste était responsable ? La logique physique voudrait qu'après 15 jours d'efforts, les cyclistes abandonnent en nombre l'épreuve du Tour de France. Si le ménage annoncé depuis l'affaire Festina n'a pas de répercussions sur le Tour de France, pourquoi ne pas tolérer cette approche médicamenteuse ? Un maillot du premier cycliste non dopé serait alors remis à chaque étape omme le maillot du meilleur jeune par exemple.  Les commentateurs sportifs pourraient proposer cette précision : "Et le 1er cycliste non dopé se retrouve ce soir à la 62ème place du classement général..."

Les organisateurs du Tour de France ne doivent pas attendre le résultat de la contre expertise des échantillons de Floyd Landis pour réorganiser cette épreuve dont la fête populaire dépasse aujour'hui l'intérêt sportif. La chaîne de tv allemande ZDF a sonné la charge en annonçant qu'elle ne retransmettrait pas l'édition 2007 de la grande boucle.

Publié dans sports

Commenter cet article